Entretien avec Johnny Constant , le magicien qui transforme les espaces vides

09/06/2020



Question : Bonjour Johnny. Il n'y a pas trop de gens qui te connaissent, mais tout le monde sait ce que tu fais
au musée. Tu es le magicien qui transforme des espaces vides en expositions customisées chaque
année. Tu te réunis avec Eric qui te donne les grandes lignes de l'expo à venir ou c'est toi qui
« dirige » Eric selon ce qui va être exposé ?

Johnny : Non, je suis les directives d'Eric bien sûr.


Question : Tu es employé donc à temps plein aux musées de Conches ? Et j'ai déjà vu deux de tes collègues,
Aude et Dylan. C'est toi qui les formes ou ils ont déjà fait ce genre de travail ?

Johnny : A l'origine, je suis paysagiste, employé aux services techniques de la ville, et je m'occupais des
espaces vertes à l'arboretum. Quand le nouveau musée du pays de Conches a été reconstruit, avec
Monsieur Claude Lambert, qui était nouvellement retraité, j'ai commencé à restaurer de vieux objets.
Et de fil en aiguille, comme je sais bricoler, je prenais en charge l'aménagement des expos
temporaires dans les deux musées de Conches.
Aude et Dylan sont tous les deux employés aux services techniques et donc ils ont forcément de
bonnes bases. Aude fait énormément de peinture.

Question : L'expo à venir (bientôt) est-elle difficile pour l'agencement ?

Johnny : Non, c'est une expo comme les autres pour l'agencement. A chaque expo, nous commençons à zéro,
et nous changeons le tout.

Question : Qu'est-ce qu'il y a d'agréable dans ton poste ici ?

Johnny : Si je pouvais le résumer dans un seul mot, ce serait « la diversité. » C'est un ensemble de choses que
j'aime dans mon poste : la conception des décors et vitrines dans les deux musées, je suis également
le gardien de l'arboretum, je m'occupe aussi parfois d'accueillir les visiteurs, de faire le ménage quand
les musées sont fermés, etc. On peut dire que je suis un « couteau Suisse. »

Question :  Et bien sûr, le contraire - qu'est-ce qu'il y a de désagréable ?

Johnny : C'est peut-être le fait que je suis souvent seul à travailler, et pour manipuler de lourds objets, cela
devient difficile. Et dans le verre, souvent tout est lourd, et c'est toujours fragile, mais heureusement
je n'ai jamais rien cassé !

Question : Quelle est l'expo qui t'a posée le plus de soucis pour l'installation / aménagement ?

Johnny : Ce serait les expos où il y avait des vitraux, comme celle de Guérin. Et surtout les vitraux faits avec du
plomb, car c'est très fin, et très fragile.

Question :  As-tu déjà visité notre nouveau musée ? Le travail là-bas va-t-il être comparable au travail ici ou
complètement différent ?

Johnny : Non pas encore, donc je ne peux pas te dire. J'imagine que ce sera un travail d'ensemble, comme ici.

Question : As-tu quelque chose que tu aimerais dire à nos adhérents de l'AMCO ou plus généralement à ceux
qui visitent le musée ?


Johnny : Juste que vous avez accès à deux musées de qualité pour la modique somme de 3 euros ! Il faut venir,
venir avec vos amis ou d'autres membres de votre famille et en parler autour de vous !

Merci Johnny. Je te remercie et te dis à bientôt pour l'ouverture tant attendue de l'expo sur le verre
contemporain slovaque.